Lire, écouter, voir !

ishollywood babylone

Hollywood, Hollywood !!!

Pour ceux qui chercheraient encore un bouquin à lire sous les pins durant l’été après une année laborieuse, « Hollywood Babylone »,  le livre culte et non moins scandaleux de Kenneth Anger est revenu dans les rayons, après sa réédition augmentée et définitive de 2013.

Faut il encore présenter Kenneth Anger, ce cinéaste avant-gardiste, fétichiste,  adepte d’Aleister Crowley  ( pour les curieux, Google est  votre ami), et qui influença des cinéastes allant de Scorsese à Lynch…? Avec un tel auteur on est comme certain de sortir des sentiers battus, et c’est en effet du côté sombre, pour ne pas dire glauque d’Hollywod que l’auteur nous emmène.

Écrit dans une version réduite, et comme dans un éclat, dans les années 1950, le livre fut publié par Jean-Jacques Pauvert (l’éditeur parisien des scandales) dans les années 70. Censuré, scandaleux donc, puis rapidement interdit aux USA, l’ouvrage à circulé sous le manteau et est vite devenu un livre culte de la contre-culture.

« Hollywood Babylone » ou l’escapade derrière le miroir.

C’est que, dans le livre d’Anger, les suicides succèdent aux crimes, des perdants magnifiques s’abiment avec des stars déchues, et l’on assiste, voyeur, à la chute libre de ces immenses talents tourmentés  dont seul Hollywood à le secret de production.

Véritable contre-portrait de la cité du rêve, dans un Los-Angeles ressemblant beaucoup à la « Cité des anges » de James Ellroy, ni polar ni enquête l’ouvrage controversé, et dont l’authenticité des ragots est toujours sujette à question, passionnera néanmoins ceux que l’Histoire du Cinéma vue par le petit bout de la lorgnette (ou depuis la cuvette des chiottes, c’est selon) intéressent.

Bonne lecture. Bon été

Le secrétariat

Publicités

Disparition du Peintre Santiago Isidro

Chers adhérents et sympathisants ,
Santiago Isidro, peintre de son état et collègue de nombre d’entre nous, est parti dans la nuit du dimanche 10  au lundi 11 juillet 2016.

Tiago2On se souviendra toujours de son regard malicieux, de son esprit, sa finesse, et de sa très grande sensibilité.  Il était des nôtres….
Les MAD présentent  leurs condoléances à la famille et aux proches.

(Ci dessous le mot de sa compagne et les informations pour ceux qui souhaiteront se rendre aux obsèques…)

Cher Tous,
Apres un long et courageux combat contre la maladie, Santiago nous a quitté dans la nuit du 11 juillet. Ses obsèques se tiendront le lundi 18 juillet a 14h30 au Cimetiere de Bagneux – 45 avenue Marx Dormoy
RDV devant l’entrée principale
Je vous salue tristement
Lesley

santiago et patrick

 

 

 

 

Vaya con Dios Hermano, y que  descanses en Paz …

Des colonies de vacances pour les enfants d’intermittents du spectacle

Solidarité et Mutualisation,

Avec l’été qui arrive, période professionnellement active pour beaucoup de gens de déco, il faut  s’organiser, en particulier avec les enfants qui entrent en période de (très) grandes vacances…

 

Pour ceux qui l’ignorent encore il existe un organisme qui s’appelle FNAS

Le FNAS est un organisme créé par la volonté conjuguée des organisations d’employeurs et de salariés, pour permettre la gestion mutualisée d’activités sociales au profit des salariés des entreprises contribuant à son financement.
Le FNAS mutualise les contributions des entreprises de toutes tailles lorsqu’elles appliquent la Convention Collective Nationale des Entreprises Artistiques et Culturelles.

 

Chaque salarié, quel que soit le type de son contrat et la durée de son travail dans une entreprise contribuant au FNAS, peut accéder, ainsi que sa famille, aux activités relevant du FNAS dès lors qu’il a ses droits ouverts. En clair  il suffit d’avoir travaillé une journée dans l’année pour une prod cotisant au FNAS pour avoir droit à ce que ses enfants partent en colonies de vacances, ou bénéficier des activités subventionnées par la FNAS. le FNAS privilégie les départs en vacances et les activités collectives qui favorisent la rencontre entre les salariés.

Activités et colonies pour enfants réputées de qualité, au passage.

Toutes ces activités font l’objet d’une prise en charge calculée en fonction du type d’activité, des revenus et de la composition du foyer du salarié. Et pourtant beaucoup d’Intermittents ignorent leur existence.

Par ailleurs nombre de productions ignorent elles aussi l’existence du FNAS.

Penser à les en informer autant que possible est donc une bonne chose et elles y ont un intérêt direct puisque par ses statuts et son règlement intérieur LE FNAS est très proche d’une structure de comité d’entreprise.

 

Pour plus d’informations précises et détaillés, voir auprès de la FNAS

 

Liens :  https://www.fnas.net/contact.php

https://www.fnas.net/qu-est/qu-est_aqui.html

https://www.fnas.net/sal/ouv_dts.html#dts_inter

Portez vous bien & Bon été,

Le secrétariat,

Précision correctif du 13/07/2016: Le FNAS est « un comité inter-entreprise » qui gère un certain nombre d’activités socio-culturelles au bénéfice des salariés permanents et intermittents du spectacle vivant, dont les employeurs cotisent pour cela. Si il peut arriver qu’une production exerçant à la fois dans l’Audiovisuel privé/Cinéma et le spectacle vivant soit affiliée au FNAS, ce n’est pas général.
Ainsi ce type de structure n’existerait pas encore pour l’audiovisuel (privé) et le cinéma… Donc pour la majorité d’entre nous. En revanche la caisse des congés spectacles organise des colonies de vacances excellentes et accessibles à tous,

à condition de s’y prendre à temps … l’été prochain  🙂

Affaire à suivre donc …

 

Cinéma : Les indépendants se rebiffent

les indépendants s’élèvent contre le circuit des salles. Un circuit ou «  La domination des grands groupes sur la filière du cinéma fausse la concurrence et nuit profondément à la diversité du cinéma français. La domination économique remplace la compétition, aux dépens de la création et du public, mais également au mépris des règles du droit ».

Une étude commandée par la société civile des auteurs, réalisateurs et producteurs (ARP), le syndicat de distributeurs indépendants (DIRE) ou encore la Société des réalisateurs de films (SRF) en atteste de façon incontestable

à lire sur le monde.fr, http://www.lemonde.fr/cinema/article/2016/06/08/le-pave-des-independants-du-cinema-contre-les-circuits-de-salles_4942445_3476.html

 

À propos du nouvel accord de branche

Un texte paru dans Libé ces jours-ci donne un éclairage un peu moins enthousiaste du nouvel accord de branche souvent réduit entre nous à un lacunaire

« On va revenir aux douze mois »

Une reflexion intéressante, à lire ci dessous

Portez vous bien

Le Secrétariat

 

Intermittents : la dangereuse générosité de l’Etat

Publié dans Libération, le 7 juin 2016

Un collectif de personnalités, dont Mathieu Amalric, Agnès Jaoui ou Denis Podalydès, dénoncent dans un appel la dernière proposition du gouvernement : la prise en charge de l’assurance chômage par l’Etat. La gauche prendrait-elle le risque de devenir le fossoyeur de l’intermittence ?

«Certains jours, il ne faut pas craindre de nommer les choses impossibles à décrire» (René Char). Epuisement… Les revendications des intermittents du spectacle pour faire valoir leurs droits à l’assurance chômage et préserver leur régime spécifique passent mal la rampe. Difficile pour eux d’échapper à l’étiquette de «privilégiés» dont certains se plaisent à les gratifier afin de discréditer un combat qu’ils mènent depuis près de vingt-cinq ans. Combat mené d’abord sur le mode défensif et, depuis une dizaine d’années, de façon constructive, avec l’avancée de propositions concrètes et l’élaboration collective d’un projet viable.

Nos publics peinent, jusqu’à ce jour, à comprendre nos revendications du fait de leur aspect technique et à concevoir que les techniciens et les artistes qu’ils applaudissent sur scène sont pour la plupart des travailleurs précaires. Une réalité qui pourtant s’aggrave au fil des saisons. C’est dans cette brèche que le Medef et ses alliés s’engouffrent depuis toujours si bien qu’on finit par croire qu’ils ne souhaitent surtout pas qu’apparaisse au grand jour le modèle de ce que pourrait être une flexisécurité pour tous les citoyens.

Au-delà même de l’argument qui veut que les valeurs, les pensées, les expériences sensorielles qui sont produites sur nos scènes, dans nos films, nos musiques sont nécessaires à la bonne marche d’une société qui tiendrait compte et respecterait l’ensemble de ceux qui la composent, jamais le constat que le secteur du spectacle produit plus de richesse qu’il n’en coûte, confirmé par de nombreux économistes, n’a été pris en compte par les détracteurs de l’intermittence.

Dans la nuit du 27 au 28 avril, un accord portant sur le fonctionnement des annexes 8 et 10 de l’assurance chômage, régissant le système d’indemnisation des intermittents du spectacle, a été signé pour la première fois à l’unanimité. Un comité d’experts, présidé par un économiste et réunissant un inspecteur général des affaires sociales, un magistrat honoraire à la Cour des comptes, un sociologue, des représentants de l’Unédic, de Pôle Emploi et des ministères de la Culture et du Travail, a approuvé cet accord qui permet de réaliser plus de 90 millions d’euros d’économies.

Cet accord est historique

Il prend en compte bon nombre des revendications des intermittents : date anniversaire, 507 heures sur 12 mois, prise en compte des congés maternité et des heures d’enseignement artistique, droits de ceux qui arrivent à la retraite. L’ensemble de notre secteur consent également à faire des efforts importants : plafonnement des indemnités, suppression du versement des allocations chômage durant les congés payés, hausse de 1 % des cotisations patronales. Ces concessions qui font preuve, vu les difficultés de l’ensemble des structures et compagnies qui voient leurs budgets fondre d’année en année, d’un geste d’adaptation fort. Un bel effort qu’aucun autre secteur n’a, pour l’heure, accepté de faire.

Le 30 mai, le Medef et l es confédérations CFDT, CFTC, CGC o nt refusé de signer l’accord du 28 avril, désavouant du même coup leur «branche spectacle». Sous prétexte d’économies insuffisantes, ils n’ont pas souhaité l’intégrer à la nouvelle convention d’assurance chômage de l’Unédic.

Epuisement… Ce refus ne nous étonne pas. Il était déjà inscrit dans la «lettre de cadrage» proposée par le Medef avant le début des négociations. Cette lettre exige que le secteur «spectacle» réalise 185 millions d’économies (400 millions à l’horizon 2020). Une démesure budgétaire inacceptable.

En effet, comment oser demander à 4 % des chômeurs indemnisés 23 % des économies générales de l’Unédic (50 % à l’horizon 2020) ?

Ces efforts constants, les intermittents ne peuvent plus les supporter.

Ils n’ont d’autres finalités que de tuer le sujet que l’on veut prétendument soigner.

Le gouvernement, par la voix de son Premier ministre, a déclaré «vouloir s’engager dans la préparation de la mise en œuvre de « l’accord » afin qu’il entre en vigueur en juillet». Manuel Valls a émis le désir de proroger l’accord par décret laissant croire à chacun que le problème était réglé. Rappelons qu’en 2014, Manuel Valls avait annoncé la prise en charge par le gouvernement d’un des dispositifs du protocole signé cette année-là : «le différé d’indemnisation». Il avait, alors, présenté cette aide comme une aide éphémère.

Nous refusons catégoriquement que la prise en charge de l’Etat devienne durable. Cette proposition, soi-disant généreuse, s’avère extrêmement dangereuse. Pourquoi ?

Si aujourd’hui, l’Etat finançait, même en partie, l’assurance chômage des intermittents du spectacle, leur régime spécifique deviendrait tributaire des budgets de l’Etat et des alternances politiques. Et alors… que se passerait-il au prochain changement de président à la tête de l’Etat, au prochain changement de gouvernement, de majorité à l’Assemblée ? Que se passerait-il si le nouveau Premier ministre refusait de poursuivre ce que Manuel Valls aura prétendument sauvé à court terme ?

La réponse est claire : l’intermittence, essentielle et structurelle à la survie de notre secteur, disparaîtrait. Purement et simplement. Sans que personne ne puisse plus rien faire.

Une disparition tragique qui balayerait d’un coup plus de vingt-cinq ans de combats dans un cadre démocratique de négociations.

Si cela était, nous serions alors nombreux à dire que c’est bel et bien un gouvernement de gauche qui aura été le fossoyeur de l’intermittence et, par là même, de la vitalité de la culture française.

Une dernière réunion interprofessionnelle de négociations sur l’assurance chômage doit avoir lieu le 16 juin.

Intermittents du spectacle nous-mêmes ou directeurs permanents de théâtres, directeurs d’établissement culturel , responsables de compagnie et de festival, auteurs au côté des intermittents, nous serons attentifs à son déroulement et serons disposés à agir ensemble en cas de refus de la signature de l’accord approuvé à l’unanimité le 28 avril 2016.

 

PREMIERS SIGNATAIRES 

Directeurs/trices de Structures Nationales (Centre dramatiques, écoles, Scènes Nationales, théâtres, festivals) :

Voir l’article original sur Libé . FR

http://www.liberation.fr/debats/2016/06/07/intermittents-la-dangereuse-generosite-de-l-etat_1457927

CAMPAGNE DE COMMUNICATION DES MAD

Le groupe Communication, aidé de quelques autres talents Madiens, inaugure cette semaine  une campagne d’affichage dans les studios et autres lieux de fabrication de décors.

Un grand bravo pour ces visuels créés spécialement pour cette campagne, laquelle est  destinée à s’étendre  chez les loueurs, les fournisseurs, et partout où  les professionnels des métiers de la décoration pourront être atteints.

TOUS SUR LE PONT !

Ici un lien de téléchargement des fichiers en haute def. Vous pouvez imprimer les affiches en grands ou petits format et contribuer, si vous le souhaitez, à  la campagne MAD sur vos tournages et dans vos bureaux…

Toujours Mâdement Votre

Le secrétariat

Tovaritch MAD web_LPhèdre A3 web_LKamarade MAD web_L

Les risques auxquels sont exposés les personnels engagés par une production, tous corps de métier et départements confondus.

Compte rendu suite à la rencontre ADP (Association Dir Prod) du  Jeudi 11 Février 2016  et qui avait échappé à notre attention:

Document instructif à lire attentivement:   Parce qu’il est important de s’informer voici  le compte rendu d’une réunion concernant les risques auxquels sont exposés les personnels engagés par une production, tous corps de métier et départements confondus :

du Directeur de Production au Figurant.

à  Lire ci-dessous ou à   télécharger ici  :  DUER-Fevrier-2016

ADP INFO 1 - La DUER - Février 2016.doc - duer-fevrier-2016.pdf 2016-04-26 19-05-55ADP INFO 2 - La DUER - Février 2016.doc - DUER-Fevrier-2016.pdf 2016-04-26 19-06-54